Variable Data Printing


Le VDP, Variable Data Printing, est la version moderne et beaucoup plus performante du bien connu “mailmerge” des traitements de texte. Ces performances tiennent à plusieurs facteurs…

Fini les badges “vite faits mal faits” en Word ou en Excel.

Chez Badgemania, nous utilisons le puissant programme de mise en pages d’Adobe: InDesign! Cela permet des mises en page élaborées avec un contrôle très précis des couleurs, des polices de caractères, des images, etc.

On passe du simple niveau bureautique au niveau Communication !


Les capacités de “merging” sont nettement supérieures.

A partir des données extraites d’une base de données, il est possible de réaliser des calculs pour produire d’autres données, d’exécuter des actions conditionnelles avec effet sur la mise en page, etc.

Quelques exemples:

  • Si le participant appartient au groupe A ou B ou C, mettre un fond de badge bleu ou vert ou rouge;
  • Assurer la lisibilité des textes (positifs ou négatifs) en fonction du fond sur lequel ils s’inscrivent;
  • Si le participant est belge, français ou anglais, placer à l’endroit choisi un drapeau belge ou français ou anglais, etc;
  • Générer un QR code avec l’adresse du site et le placer à l’endroit choisi et le mettre en vert, rouge ou jaune selon l’appartenance à tel ou tel département;
  • Insérer automatiquement la photo du participant;
  • Etc.

Un outil extraordinaire: le copy-fitting

Le propre du merging est de jongler avec des données variables et donc de longueur variable.

Qui n’a pas été confronté à des noms trop longs … qui sont alors tronqués … et personne n’apprécie voir son nom amputé de quelques lettres! Cela impose une vérification minutieuse, gourmande en temps, du résultat du merging.

Le copy-fitting règle ce problème en réduisant automatiquement la taille des textes trop longs pour les faire tenir dans la zone définie. Ce processus se fait dans des limites bien définies pour conserver dans tous les cas une bonne lisibilité.

Le logiciel vous permet aussi de contrôler “le plus long” ou “le plus court” pour vérifier si les extrêmes sont acceptables pour la mise en page et la lisibilité.